L’isolation des raccords rainurés

Téléchargez la version imprimable

Introduction

À l’occasion d’une récente tournée des principales villes de la province, auprès de firmes d’ingénieur-conseil et donneurs d’ouvrage, tournée qui visait à mieux faire connaître l’AIQ, ses membres et ses services, mais qui visait aussi à déterminer quels étaient les dossiers qui requéraient une attention particulière au niveau technique, un sujet revenait constamment sur le tapis : L’isolation des raccords rainurés.

publication-isolation-1-271d6En effet, les discussions animées lors des périodes de questions ont soulevé plusieurs points qui justifient une prise de position de la part de l’AIQ, et ce, autant pour le bénéfice de ses membres que celui de leurs clients maîtres d’oeuvre, propriétaires, entrepreneurs en mécanique et spécificateurs, ainsi que celui des fournisseurs de raccords rainurés. Il est à noter que les solutions mises de l’avant dans ce bulletin ne relèvent pas exclusivement de la compétence de l’AIQ ou de ses membres et requièrent la participation des différents intervenants afin d’en maximiser les impacts. En résumé, les principaux objectifs de ce bulletin technique sont les suivants :

  • Amélioration de la qualité d’installation
  • Amélioration de la performance thermique
  • Élimination des risques de condensation (opération sousambiante)
  • Obtention de devis plus clairs
  • Soumissions qui reflètent le coût réel

Les raccords rainurés

publication-isolation-2-45497Sur le marché depuis plus de quatre-vingts ans, les raccords rainurés ont connu une croissance fulgurante dans les trente dernières années autant aux niveaux commercial, industriel et institutionnel, comme en témoignent des milliers de réalisations. Leur versatilité, fiabilité, rapidité et sécurité d’installation de même que leur rapport qualité-prix en font une excellente alternative aux systèmes soudés, taraudés ou bridés.

Les zones grises

Coûts

En plus des multiples avantages que semblent posséder les raccords rainurés, un des arguments de vente des compagnies est le fait que le coût global d’un système de tuyauterie utilisant ces produits est égal ou inférieur au système avec raccords soudés, isolé ou non, ce qui est sans doute vrai pour le propriétaire ; cependant, cette affirmation ne tient pas compte du fait que l’isolation des raccords rainurés requiert plus de minutie, de matériaux et de temps que pour les raccords soudés. La répartition des coûts entre la tuyauterie et l’isolation sera par conséquent sensiblement différente.

Donc, le choix d’un système plutôt qu’un autre aura une influence sur le contrat d’isolation qui y est rattaché.

Devis

Traditionnellement, les devis donnent à l’entrepreneur en mécanique le choix d’utiliser un système de tuyauterie soudé ou avec raccords rainurés ; par conséquent, ces mêmes devis n’incluent aucune description quant aux matériaux isolants et à la méthode d’installation desdits matériaux, assumant que le devis d’isolation est suffisamment clair pour couvrir toutes les situations.

L’ambigüité qui découle de ce manque de clarté ouvre donc la porte à des alternatives dont le coût aura un impact sur la valeur des travaux et la performance thermique du système.
publicationisolation

Soumissions

publication-isolation-3-e6e82Comme une majorité de projets au Québec est assujettie au B.S.D.Q. (Bureau des soumissions déposées du Québec), les entrepreneurs soumissionnaires et donneurs d’ouvrage sont liés par les règlements de cet organisme, qui prévoient entre autres choses que le contrat sera accordé au plus bas soumissionnaire conforme. Il est donc dans l’intérêt des soumissionnaires, dont le but ultime est l’obtention du contrat, de soumissionner selon les plans et devis, et dans le cas d’une zone grise, avec l’alternative la moins dispendieuse afin d’éviter de se pénaliser.

Il existe bien sûr une note dans la formule de soumission qui stipule que :

Le soumissionnaire doit mentionner toute alternative (prix, condition, description) qui offre d’autres possibilités pour le donneur d’ouvrage. L’incidence de l’alternative proposée (crédit quant au montant de la soumission ou augmentation des coûts), doit être clairement indiquée. Il doit également mentionner si les taxes sont incluses ou non incluses.

publication-isolation-4-95a59Une telle note, toutefois, risque de demeurer lettre morte, puisque les entrepreneurs en mécanique qui soumissionnent ne sont pas tenus de spécifier laquelle des alternatives ils adopteront puisqu’elle n’aura pas nécessairement d’incidence sur le prix et que de toute façon les deux possibilités sont inscrites au devis. Dans le meilleur des scénarios, cette note servira de levier à l’entrepreneur en mécanique pour négocier le coût additionnel que tentera d’obtenir l’entrepreneur en isolation, pour le calorifugeage des raccords rainurés.

Dans l’éventualité d’un devis clair, stipulant le choix du système, le plus bas soumissionnaire conforme pourrait être le même ou différent, mais il ne fait aucun doute que les prix refléteraient davantage la réalité.

Méthodes d’isolation

Il existe deux méthodes d’isolation pour les raccords rainurés couramment utilisées, nommément la méthode dite « flexible et la méthode dite « surdimensionnée » ; elles vous seront expliquées en détail un peu plus loin, mais d’une façon globale, elles comportent des différences marquées, autant au niveau des coûts que de la performance thermique et de l’esthétique. Il est évident qu’une ambigüité au niveau du devis peut résulter en l’utilisation de la méthode la moins dispendieuse, mais également moins performante.

Produits

Les deux méthodes d’installation mentionnées plus haut font référence à deux types de produits distincts.

Pour les besoins de ce bulletin, le terme « isolant flexible » s’applique exclusivement aux isolants fibreux de faible densité, recouverts ou non d’un pare-vapeur intégré. Les produits de types élastomère ou polyoléfine, bien que flexibles, sont également moulés, et leur installation tombe dans la catégorie dite « surdimentionnée ».

Objectif : qualité

Le présent bulletin technique s’inscrit dans la démarche de qualité entreprise par l’AIQ depuis plusieurs années déjà et vise à identifier la meilleure méthode d’isolation des raccords rainurés, assurant meilleure performance thermique possible, d’éliminer les risques de condensation sans négliger l’apparence esthétique. Il est important, pour les besoins de la cause, de bien décrire les deux méthodes, afin de justifier le choix de l’AIQ, pour le bénéfice de ses membres et des spécificateurs.

La méthode « flexible »

publication-isolation-5-fe4deCette méthode consiste à utiliser un isolant fibreux flexible de faible densité, généralement recouvert d’un pare-vapeur, installé pardessus le raccord, avec les extrémités chevauchant l’isolant prémoulé adjacent et retenu avec un ruban adhésif pare-vapeur.

  • Le seul véritable avantage de cette méthode se situe au niveau du coût;
  • Les désavantages, par contre, doivent être sérieusement considérés.
Performance thermique

publication-isolation-6-54f77L’isolant flexible, pour être installé et retenu en place, doit être comprimé et cette compression peut varier considérablement selon l’installateur. De façon générale, la compression d’un isolant flexible entraîne une perte d’efficacité minimale de 25% ; plus l’isolant est comprimé, plus la perte est grande. De plus, l’intégrité du pare-vapeur est plus difficilement assurée aux raccords.

Les conséquences

  • Application chaude : augmentation de la température de surface et des coûts d’opération.
  • Application sous-ambiante : risque de condensation
  • Apparence : peu esthétique
La méthode « surdimentionnée »

Cette méthode consiste à installer un isolant pré moulé dont le diamètre intérieur sera égal au diamètre extérieur de l’isolant adjacent, de façon à recouvrir complètement le joint rainuré et chevaucher l’isolant adjacent. Il est important, dans une telle installation, que l’épaisseur minimale de l’isolant de la tuyauterie soit supérieure à la dimension hors tout du joint rainuré. Dépendant du type de raccord, l’installation d’un isolant surdimentionné peut créer un espace d’air qui devra être comblé avec un isolant flexible. Dans un tel cas, l’isolant flexible devient un complément au système, mais n’en constitue pas la base. Le scellement des joints est facultatif dans les applications chaudes, mais incontournable dans les applications sous-ambiantes.

Les avantages de cette méthode sont indéniables :
  • Performance thermique accrue résultant d’une épaisseur constante;
  • Risques de condensation éliminés grâce à des raccords plus fermes et mieux scellés;
  • Esthétique améliorée.

publication-isolation-7-0eff6publication-isolation-8-3ac72
publication-isolation-9-b2ccepublication-isolation-10-bd15c

Choix clair = Élimination de zone grise

Afin d’améliorer la qualité d’installation d’isolant sur les raccords rainurés, et dans le but d’éliminer les risques inhérents à la méthode dite « flexible », l’AIQ recommande à ses membres l’utilisation d’une seule méthode, soit la méthode « surdimensionnée ». Par conséquent, que les devis soient spécifiques ou non, nous suggérons à nos membres de ne soumissionner qu’en fonction de cette seule méthode, peu importe que l’application soit chaude ou sous-ambiante. Nous croyons que cette position permettra d’éliminer la seule zone grise sous la responsabilité de l’entrepreneur en isolation, tout en assurant au client la qualité à laquelle il est en droit de s’attendre.

Le plan d’intervention des travaux en cours

Ce plan mis de l’avant par l’AIQ a pour but d’assurer que vos travaux seront corrigés en tout ou en partie jusqu’à un maximum de 5 000 $ si ceux-ci ne répondent pas aux normes applicables et spécifiés au contrat suite à une inspection en cours d’exécution.

Raccords soudés ou rainurés

Il n’appartient pas à l’Association d’isolation du Québec de suggérer l’utilisation d’un système plutôt qu’un autre, notre rôle se limitant à assurer le client que peu importe le système choisi, la qualité de l’isolation sera conforme à ses attentes. Cependant, nous croyons qu’il y va de l’intérêt de tous les intervenants d’encourager les professionnels à établir clairement leur choix lors de la conception et de la rédaction des devis. Le choix du système de raccords devrait être sujet à la même attention et la même rigueur que celui des pompes et autres équipements. Compte tenu du fait que l’AIQ a choisi de recommander à ses membres la méthode d’installation « surdimensionnée », il y aura un impact sur la différence de prix entre les raccords soudés et rainurés. Le choix du système au moment de la conception, permettra aux entrepreneurs de soumissionner sur la même base, les prix seront plus conformes à la réalité, et les travaux exécutés au prix soumissionné.

La qualité : l’affaire de tous

L’élimination des zones grises, autant par le choix d’une méthode d’installation unique par l’AIQ et ses membres, que par des choix clairs de la part des professionnels, ne pourra qu’avoir des effets positifs sur la qualité des :

  • Devis
  • Soumissions
  • Produits utilisés
  • Installations
La qualité de l’isolation des raccords rainurés :

Une autre bonne raison de spécifier que les travaux doivent être exécutés par un entrepreneur membre de l’Association d’isolation du Québec.